Les jeunes éleveurs 22-35-56 visitent Kermené

kermene

Détenu à 100% par le groupe Leclerc, le site de  Kermené abat de 40 000 porcs / semaine (en progression de 4.5%)  et 2 800 bovins/semaine.

L’abattage a été fortement automatisé ces dernières années avec réduction de main d’œuvre : fente du sternum, abats blancs et rouges retirés, fendeuse (lame rotative), identification et sexage des porcs, Image meater puis identification des carcasses en 4 points : jambon, longe, épaule, poitrine.

 

Le secteur découpe est celui qui évolue le plus : 20 millions d’€ d’investissement en 2013.

Pour cette partie fortement automatisée, le groupe recherche principalement des roboticiens, informaticiens, conducteurs de lignes, maintenance… La compétence en main d’œuvre recherchée a évolué avec l’automatisation.

Kermené dispose d’un robot de désossage des Jambons unique au monde. Il remplace  10 désosseurs professionnels (coût d’un robot = 1,5 millions d’€)avec un rendement du désossage supérieur.

Avec à cet outil Kermené produit 80 000 jambons par semaine ce qui le place au 2ème rang français après Fleury Michon

Le meuble de stockage des pièces est de dimensions impressionnantes (12 m de haut sur 40 m de long). Il permet de rentrer/sortir 2000 bacs par heure.

La palettisation est également automatisée avec 4 robots d’expédition : robots identiques à ceux de l’industrie automobile.

La salaison a été créée en 1988 avec pour objectif d’augmenter la valeur ajoutée sur les produits issus de la découpe. Cette salaison est vendue sous Marque Tradilège et Eco +.

Les produits sont très variés : jambons, saucisses de Strasbourg, salades composées, burgers..

La visite a été l’occasion de découvrir toutes les étapes (11)  de la fabrication du jambon.

Le nouveau logo « LE PORC FRANÇAIS » est appliqué sur les barquettes.

logo_lpf

La difficulté dans la gestion globale est la formation et l’investissement dans les hommes avec le couple homme/machine qui doit être gagnant. Ces dernières années, le groupe kermené a augmenté le nombre de salariés sur le site  en les répartissant différemment :moins de salariés sur les parties abattage / découpe et plus sur la partie salaison (là où est la valeur ajoutée).

 

Question sur les mâles entiers : Trop de risques pour le consommateur car Kermené a 80% des côtes vendues en viandes fraiches. Question : que fait-on des porcs malodorants ? Mangeriez-vous des mâles entiers si vous aviez le choix entre mâles entiers ou castrés ? Le groupe ne souhaite pas abattre de porcs mâles entiers aujourd’hui.

 

Nous remercions M. Moing et M. Le Roy pour cette visite passionnante. Beaucoup d’entre nous ont été très surpris du niveau d’automatisation du site et de ce couple homme / machine.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :