Concilier prolificité et qualité des porcelets

A partir des données collectées sur les 796 cochettes suivies de l’entrée en quarantaine jusqu’à

la mise-bas par Anthony Jupin, Thierry Solignac a identifié les paramètres qui caractérisent les

cochettes qui donnent naissance à des porcelets à la fois nombreux et lourds. Une partie du résultat

se joue très tôt, en quarantaine et durant la phase verraterie. Certains critères, en particulier

concernant le comportement de la truie en péri mise-bas, se jouent en fin de gestation. Cette

très belle étude nous donne les clés pour concilier quantité et qualité. Voici la conclusion de

l’intervention de Thierry.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :