Images

BONNE ANNEE PORCINE 2017!

groupement porc voeux 2017

Belle affluence à la porte ouverte LABEL ROUGE OPALE à Esquibien

Le public est venu nombreux dimanche visiter l’élevage de porcs et de bovins viande de Françoise et Pascal Riou –Le Ster, à Esquibien.

Une belle découverte pour les visiteurs, avec de nombreuses explications sur le fonctionnement de l’élevage, son ancrage local et la commercialisation des porcs.

Et pour clôturer la visite, chacun a pu déguster de la charcuterie et des grillades Label Rouge.

chez Françoise et  Pascal Riou –Le Ster à Esquibien

Synergie Janvier 2016

Synergie copie

Triskalia – Meilleurs voeux 2016 !

carte_triskalia_2016

Article : Réussir Porc n°229 – Septembre 2015

Pour télécharger l’article, cliquez ICI.

Réussir-porc-84

Quel avenir pour la Bretagne agricole ?

Produire mieux en le faisant savoir aux consommateurs, jouer des normes pour protéger notre marché, tirer tous ensemble dans le même sens et faire gagner l’équipe France… L’économiste Hervé Juvin a profité de l’assemblée générale d’Agriculteurs de Bretagne, le 11 mars dernier à Carhaix (29) pour ébaucher quelques pistes pour l’agriculture de demain.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA SUITE…

herve_juvin

Superbe !

Joelle Troussier, l’artiste dont nous sponsorisons la statue de la Pig Parade vient de terminer son œuvre. Nos ambassadeurs Josiane, Emmanuel et Bruno ont eu la primeur de la découverte dans son atelier. Cette statue rejoindra bientôt ses 14 camarades pour la première inauguration de la Pig Parade, le vendredi 3 avril à 18H30 à Perros Guirec, sur l’esplanade de Trestraou.

Venez les découvrir !

statue finie 2

statue finie 1

Communiqué du ministre de l’agriculture face à la crise porcine

Cliquez ci-dessous pour lire le communiqué de presse du Ministère : « Situation de la filière porcine: Stéphane Le Foll  rappelle aux entreprises de transformation et de distribution leurs engagements pour une juste rémunération des producteurs »

communique19022015

 

 

Prévention sanitaire et démédication

La chambre d’agriculture organise dans chaque département une réunion pour restituer les résultats d’une étude sur les facteurs de succès pour avancer dans la démédication.

Voici les lieux et dates de ces réunions :

dates_biosecurite

Triskalia – Meilleurs voeux 2015 !

voeux_triskalia_2015

Triskalia – « PIG PARADE », les éleveurs osent l’audace et la créativité !

C’est un joli trait d’union entre culture et élevage qui va être proposé aux bretons d’avril à septembre 2015 : une exposition itinérante de 15 sculptures de cochon peintes par 15 artistes professionnels.

La PIG PARADE sillonnera la Bretagne à travers des escales de 3 semaines en plein cœur de 8 villes bretonnes. Elle débutera en avril à Perros Guirec face à la plage de Trestraou et se terminera à Rennes en septembre. A chaque inauguration, chaque artiste sera accompagné par un éleveur ambassadeur. Pour Triskalia il s’agira, selon les départements, de Josiane Méhouas, Emmanuel Esnaud, Bruno Hélo et Michel Bloc’h qui accompagneront l’artiste Joelle Troussier. Une vente aux enchères clôturera l’exposition, dont une partie des bénéfices sera reversée aux Restos du Cœur.

Josiane Méhouas, Emmanuel Esnaud et sa femme entourent l’artiste Joelle Troussier qu’ils ont choisi   d’accompagner.

Josiane Méhouas, Emmanuel Esnaud et sa femme entourent l’artiste Joelle Troussier qu’ils ont choisi d’accompagner.

David Riou, le dynamique président de la commision communication de l’UGPVB lors du lancement public de la Pig Parade.

David Riou, le dynamique président de la commission communication de l’UGPVB lors du lancement public de la Pig Parade.

5 fois moins d’algues vertes en Bretagne

En l’espace de 5 ans, le tonnage annuel ramassé est passé de 70.000 tonnes à 13.500 tonnes cette année. Le comité breton de suivi du plan de lutte contre les algues vertes (regroupant l’administration, les élus, les porteurs de projet bassins versants algues vertes, les représentants des agriculteurs et des associations de défense de l’environnement) réunit à Rennes le 7 octobre 2014 salue ce progrès régional, au moment où cette nuisance apparait sur d’autres endroits de la côte française.

algues_vertes_2014

Triskalia – Catalogue de petit matériel d’élevage

Béatrice Bachelot, responsable matériel d’élevage au centre vétérinaire de Loudéac, vient de mettre au point ce catalogue de 40 pages présentant toutes les caractéristiques techniques du petit matériel vétérinaire et d’élevage.

Ce catalogue est disponible pour nos clients sur simple demande à leurs techniciens.

catalogue_materiel-2014

Belle idée de communication locale !

Un éleveur du centre Finistère a eu la bonne idée de semer des graines de jachère fleurie le long d’une route départementale, au bord d’un champ de maïs. Encore mieux, il a installé 2 panneaux invitant les passants à cueillir des fleurs. Cette initiative a beaucoup plu dans le voisinage. Au printemps prochain, la bordure sera encore fleurie !

Signalons que ceci est une des suites de l’opération remise de graines de jachère fleurie décidée par la commission de communication du groupement.

fleurs

Triskalia – Porte ouverte Méthanisation à Andel vendredi 20 juin

Jean Yves Briens éleveur de porcs à Andel s’est associé à 3 autres agriculteurs pour monter une unité

de méthanisation de 150 Kw. Ils organisent une porte ouverte vendredi 20 juin à la cour sur Andel.

Voici le descriptif de cette porte ouverte grand public :

invitation-portes-ouvertes-

Triskalia – Synergie – Juin 2014

synergiejuin2014

Triskalia – Groupe jeunes 29 : Découverte de la salaisonnerie Loussouarn à Leuhan

L’intérêt de cette visite c’est déjà le parcours d’un entrepreneur exceptionnel, Paul Leroy.

Installé sur un atelier de 80 truies en auto-construction en 1980, Paul développe son élevage

pour le porter à 500 truies au milieu des années 90. Début 2000, il reprend une exploitation laitière d’un voisin. Quelques années plus tard, il est contacté par son oncle André Loussouarn qui souhaite céder son entreprise de charcuterie. Fin 2004, Paul reprend les rennes de cette entreprise de 70 salariés . En parallèle, il confie la gestion de son atelier porc à l’un de ses salariés.

Depuis sa reprise, l’entreprise Loussouarn a augmenté de 50% son chiffre d’affaire atteignant actuellement 17 millions d’euros. Elle s’est spécialisée sur 3 métiers : charcuterie, salaisonnerie et traiteur. Chaque année c’est

l’équivalent de 25.000 porcs charcutiers qui sont transformés et associés à d’autres matières premières toutes d’origine bretonne.

Photo : Paul Leroy entouré de ses deux adjoints, Christine Cotonnec et Pierre Le Du.

IMG_1671

L’entreprise fabrique 450 références produits. Il s’agit essentiellement de produits frais préparés et livrés le jour de la commande ! Ce qui suppose réactivité et capacité d’adaptation très rapide pour satisfaire la demande des clients essentiellement GMS.

Ceci ne peut se faire que grâce à l’implication forte des salariés, très attachés à leur entreprise. Ils savent qu’il ne faut pas perdre de marché et s’adaptent selon les volumes en commande (pics de travail lors des différentes fêtes de l’année).

IMG_1660 IMG_1648

La sécurité sanitaire est également une obsession du fait des risques bactériologiques sur les produits frais. Cela se traduit par 5 opérations de nettoyage par jour et de multiples analyses d’auto-contrôle.

IMG_1655

Au plan commercial, c’est également compliqué. L’entreprise travaille à 95% pour la grande distribution ce qui implique des négociations très stressantes.

Au final, pour Paul il y a un rapport de 1 à 10 dans la complexité entre la gestion de son élevage et la gestion de son entreprise.

Merci à Paul LE ROY et ses 2 collaborateurs , Christine Cotonnec et Pierre Le Du, pour la qualité de leur accueil et le temps qu’ils nous ont consacré.

IMG_1676

Les jeunes éleveurs 22-35-56 visitent Kermené

kermene

Détenu à 100% par le groupe Leclerc, le site de  Kermené abat de 40 000 porcs / semaine (en progression de 4.5%)  et 2 800 bovins/semaine.

L’abattage a été fortement automatisé ces dernières années avec réduction de main d’œuvre : fente du sternum, abats blancs et rouges retirés, fendeuse (lame rotative), identification et sexage des porcs, Image meater puis identification des carcasses en 4 points : jambon, longe, épaule, poitrine.

 

Le secteur découpe est celui qui évolue le plus : 20 millions d’€ d’investissement en 2013.

Pour cette partie fortement automatisée, le groupe recherche principalement des roboticiens, informaticiens, conducteurs de lignes, maintenance… La compétence en main d’œuvre recherchée a évolué avec l’automatisation.

Kermené dispose d’un robot de désossage des Jambons unique au monde. Il remplace  10 désosseurs professionnels (coût d’un robot = 1,5 millions d’€)avec un rendement du désossage supérieur.

Avec à cet outil Kermené produit 80 000 jambons par semaine ce qui le place au 2ème rang français après Fleury Michon

Le meuble de stockage des pièces est de dimensions impressionnantes (12 m de haut sur 40 m de long). Il permet de rentrer/sortir 2000 bacs par heure.

La palettisation est également automatisée avec 4 robots d’expédition : robots identiques à ceux de l’industrie automobile.

La salaison a été créée en 1988 avec pour objectif d’augmenter la valeur ajoutée sur les produits issus de la découpe. Cette salaison est vendue sous Marque Tradilège et Eco +.

Les produits sont très variés : jambons, saucisses de Strasbourg, salades composées, burgers..

La visite a été l’occasion de découvrir toutes les étapes (11)  de la fabrication du jambon.

Le nouveau logo « LE PORC FRANÇAIS » est appliqué sur les barquettes.

logo_lpf

La difficulté dans la gestion globale est la formation et l’investissement dans les hommes avec le couple homme/machine qui doit être gagnant. Ces dernières années, le groupe kermené a augmenté le nombre de salariés sur le site  en les répartissant différemment :moins de salariés sur les parties abattage / découpe et plus sur la partie salaison (là où est la valeur ajoutée).

 

Question sur les mâles entiers : Trop de risques pour le consommateur car Kermené a 80% des côtes vendues en viandes fraiches. Question : que fait-on des porcs malodorants ? Mangeriez-vous des mâles entiers si vous aviez le choix entre mâles entiers ou castrés ? Le groupe ne souhaite pas abattre de porcs mâles entiers aujourd’hui.

 

Nous remercions M. Moing et M. Le Roy pour cette visite passionnante. Beaucoup d’entre nous ont été très surpris du niveau d’automatisation du site et de ce couple homme / machine.

 

Emmanuel s‘installe éleveur de porcs après avoir été cadre à Triskalia

Même si la conjoncture est difficile, Emmanuel Lemercier a choisi de quitter la sécurité du statut de salarié de coopérative pour vivre la vie qu’il a rêvée.

L’article, rédigé avec beaucoup de sensibilité par Patrice Moyon de Ouest France, décrit le parcours d’Emmanuel et les raisons de son choix.

Merci pour ce témoignage positif sur le métier d’éleveur!

Il suscitera peut-être des vocations ? En tout cas de l’intérêt pour cette vie en relation avec la nature et en accord avec la société.

emmanuel

Les jeunes éleveurs du groupe « Est » (hors 29) découvrent l’abattoir d’Evron

Après l’amont le groupe jeunes poursuit ses découvertes de l’environnement économique par la visite le 6 décembre de l’outil d’abattage-découpe d’Evron.

Avec ses 26.700 porcs abattus par semaine, c’est le principal abattoir porc du Groupe Bigard Socopa qui compte au total 6 sites d’abattage porc pour une activité globale de 92 000 porcs par semaine.

Evron est aussi le principal centre de découpe de porcs du groupe. Cette découpe est réalisée en 4 quartiers : épaule, jambon, longe et poitrine.

Epaules et jambons sont vendus par pièce en l’état. Par contre les longes et les poitrines sont découpées à la demande des clients, puis mises en barquettes à la marque du distributeur, avec le poids, le prix et la date de péremption. Pour certains clients les barquettes doivent être de poids identiques.

L’activité de la découpe est saisonnière en fonction des gammes d’hiver ou d’été.

Particularité du site d’Evron, une station de méthanisation dont la chaleur sert à produire l’eau chaude utilisée notamment dans les bacs d’échaudage.

Sur ses 900 salariés, Evron emploie 41 salariés étrangers (polonais, portugais et roumains) payés aux conditions françaises, contrairement à ce qui se fait en Allemagne.

 

Cette visite était aussi l’occasion de présenter les activités du Groupe Bigard-Socopa :

L’ensemble représente un chiffre d’affaire de 4.5 milliards d’euros et emploie 14.000 salariés. Il est structuré en 3 sociétés : Bigard, Charral et Socopa. Socopa est engagée dans de nombreuses filières qualité tel que le « Label Rouge », « L’EQC », « le porc petit lait »… Cette stratégie est soutenue unanimement par tous les acteurs de la filière et en particulier par les éleveurs.

La visite instructive a été ponctuée d’échanges intéressants, notamment  sur le coût potentiel de l’écotaxe (7 millions pour le Groupe) et sur le mâle entier (risque conséquent de faux-négatifs  et problème de valorisation des carcasses odorantes). Un grand merci à Dominique DOUILLET (développement filières et approvisionnement vif) Philippe DAERON (Directeur du site d’Evron) et Thierry Meyer (Directeur de la filière porc Bigard-Socopa).

jeunes2013

Le journal Le Monde enquête sur les prix et les marges au sein de la filière porc

Dans le supplément économique du 29 novembre, la journaliste économique Claire Rainfroy explique aux lecteurs du Monde comment est fixé le prix de la viande de porc au sein de la filière. Elle s’est particulièrement intéressée au jambon, produit phare pour lesquels les marges intermédiaires ont été disséquées par l’observatoire des prix et des marges du Ministère de l’économie et des finances. Sur le jambon, l’essentiel de la marge brute est réalisée par la GMS, le rayon charcuterie étant un des plus rentables avec une rentabilité nette entre 5 et 6%. Par contre, le rayon boucherie présente une rentabilité nette négative selon ce même rapport de l’observatoire. Les deux acteurs en amont, les éleveurs et les abattoirs, souffrent d’un manque de rentabilité.

Voici cet article paru dans Le Monde :

Le monde économie

Pièce de théâtre « y a un os dans le pâté ! »

La MSA d’Armorique propose une pièce de théâtre gratuite, sur la vie quotidienne et la santé en agriculture.

Elle aborde les thèmes qui font le quotidien de nos fermes et les préoccupations des exploitantes.
Cette pièce sera jouée le 14 novembre à 20h à Plélan Le Petit,  le 15   à Grâce-Uzel et le 16 à Le Vieux-marché. Puis dans le Finistère, le 21 à Guilers, le 22 à Ste Sève et le 23 à Quimper.

Voici l’affiche de ce spectacle :

os

os2

Réduction d’emploi des antibiotiques : le porc à nouveau bon élève

L’ANSES vient de rendre son rapport sur la consommation d’antibiotiques dans les différentes filières animales en 2012. La tendance est à la baisse générale avec une mention spéciale pour le porc. Dans notre production l’exposition aux antibiotiques a baissé  de 21% depuis 1999 . Concernant les céphalosporines (Excenel, Naxcel, Cobactan), antibiotiques d’importance critique en santé humaine, la baisse est de 70% depuis 2010.

Bravo le porc !

antibiotiques

Le groupe jeunes éleveurs 29 découvre Cobrena Achats et le port de Brest

Avec 2.5 millions de tonnes de matières premières achetées par an, Cobrena Achats est la première centrale d’achats de Bretagne.

Elle  représente à elle seule 25% du marché breton.

Ainsi en 2012, 480.000 tonnes de soja et 450.000 tonnes de blé ont été achetées par cette centrale. Un bel atout pour la compétitivité des usines du groupe !

« Le plus important, c’est d’acheter au bon moment ! » déclare Xavier Tellier, directeur de Cobrena Achats. Il a présenté aux 15 jeunes éleveurs présents son analyse de la conjoncture matières premières.

Cap ensuite sur le port de commerce de Brest où le groupe a été accueilli par Erwann Le Chat, un des responsables de l’U.A.T.(union armoricaine de transport).

Le port de Brest, c’est 3 millions de tonnes qui transitent chaque année dont un tiers de matières premières agricoles.

Les infrastructures  portuaires sont adaptées pour recevoir des bateaux de 60.000 tonnes Panamax, dont le coût d’une journée à quai est de 60.000 dollars !

L’usine Cargill située sur le port de Brest reçoit 600.000 tonnes de graines de soja et colza par an pour la trituration.

Une belle journée d’ouverture pour ce groupe jeunes qui a prévu de se retrouver en décembre sur un sujet de technique de production cette fois.

Le groupe jeunes au port de Brest

Le groupe jeunes au port de Brest

Chez Cargill où sont triturées chaque jour 2200 tonnes de graines de soja et de colza

Chez Cargill où sont triturées chaque jour 2200 tonnes de graines de soja et de colza

 

150 visiteurs à la porte ouverte organisée à la SCEA Haute Boissière

Le mardi 8 octobre après-midi , Thierry et Marie-Noëlle BOSCHET  installés à MONTENEUF  ont ouvert les portes de leur tout nouveau bâtiment naissage de 200 truies et 1056 places de post-sevrage.

Les visiteurs ont découvert un bâtiment très autonome en énergie équipé d’une pompe à chaleur à géothermie permettant de chauffer les post-sevrages et les maternités et d’un échangeur air froid extérieur/air chaud vicié.

Merci aux éleveurs pour leur accueil.

porte-ouverte-boschet-010

porte-ouverte-boschet-009

L’association « au pays du cochon » récompensée au SPACE

IMG_5585

Florian Gonidec, son Président, Fanny Callac, technicienne Triskalia, et leurs camarades ont reçu le prix de la communication pédagogique pour leurs actions de promotion de l’élevage de porc auprès du grand public.

Ils ont mené des animations  notamment au festival de l’élevage à Quimper, mais aussi lors de la journée « tous à la ferme » à Milizac et pendant l’Agrifête. Bravo à ces jeunes plein d’enthousiasme !

 

Les jeunes éleveurs visitent le port du Légué

Une dizaine de jeunes éleveurs venant des côtes d’Armor du Morbihan ou d’Ille et Vilaine se sont donnés rendez-vous le 5 juillet au port du Légué, au pied de St Brieuc.

legue

Le Directeur de la BLP Cogémard et un représentant de la CCI ont accueilli le groupe et présenté les activités portuaires.

336.000 tonnes de marchandises transitent par ce port. A l’import, il s’agit de matières premières pour l’aliment du bétail (en particulier en direction des usines du groupe Triskalia) et d’engrais. A l’export du minerai de kerphalite et de ferraille. Ces flux génèrent un trafic de 20 à 30 camions par jour et l’emploi de 15 personnes au sein de BLP Cogémard (groupe Bolloré).

camion_legue

Très heureux de se retrouver ensemble et contents de découvrir des acteurs de la vie économique locale, les jeunes éleveurs ont tracé le programme des futures rencontres.

Ce groupe est co-animé par Sylvain Héry pour le 22 et Jean Marc Courant pour les départements 35-56 avec l’appui de Stéphane Berthelot

JA_legue

Tagué

Ergonomie : une fosse pour vacciner à hauteur d’homme

Pascal Le Baut, de Plonévez du Faou, a imaginé une autre solution que le pont pour vacciner à hauteur . Cette fois, ce ne sont plus les porcelets qui montent mais l’éleveur qui descend.

Démonstration en images :

Nouveau film (10).Film_Instantané  Nouveau film (8).Film_Instantané

Nouveau film (6).Film_Instantané  Nouveau film (5).Film_Instantané

Nouveau film (13).Film_Instantané  Nouveau film (12).Film_Instantané

%d blogueurs aiment cette page :