Vidéos

SPACE 2016 : le message des représentants des différentes filières, dont Michel BLOCH pour le porc, à l’attention du commissaire européen Phil HOGAN

A l’initiative de BREIZ EUROPE, les Filière agricoles et agroalimentaires de l’Ouest ont accueilli le commissaire HOGAN pour un entretien de 2 heures pendant le SPACE.

La vidéo ci dessous présente le message des représentants des différentes filières (bovin, porc, légume et volaille) à l’attention de Phil Hogan.

La mafia des travailleurs détachés dans les abattoirs allemands

Arte a réalisé un reportage qui témoigne publiquement de la distorsion de concurrence générée par l’emploi massif de salariés détachés dans les abattoirs allemands.
Rien de nouveau pour nous, mais il est intéressant de constater que l’information diffuse petit à petit dans le grand public.

Solutions conciliant économie et écologie lors des journées Planète positive

1600 visiteurs le 9 juin, 360 écoliers le 11, les deux rendez-vous « Planète Positive » sont un succès. Voici une vidéo de cet événement  pour vous  plonger dans l’ambiance de ces journées.
Vous trouverez, après la vidéo,  le recueil des «  solutions Planète Positive ». Il  rassemble des pratiques concrètes dans toutes les productions  agricoles, animales et végétales.

Bonne visite !

PP2015

 

 

 

Bravo à Laurent Ferchal, primé pour ses innovations technologiques

La banque populaire vient d’attribuer le 2ème prix de l’innovation à Laurent Ferchal, installé à La Harmoye (22).

Voici la très belle vidéo de présentation de l’élevage :

 

Produit en Bretagne montre la voie

Alors que les producteurs, les abatteurs et les consommateurs sont tous d’accord pour demander l’étiquetage de l’origine des viandes dans les produits transformés, l’association Produit en Bretagne démontre depuis 22 ans l’attractivité de l’origine Bretagne. 96% de notoriété en Bretagne et encore 47% en région parisienne, un vrai succès ! Jakez Bernard , son président, est intervenu lors des AG porc Triskalia pour expliquer les raisons de cette réussite collective. Il invite aussi les éleveurs à ouvrir leurs portes au grand public dans le cadre des opérations pilotées par Agriculteurs de Bretagne, dont il est un des conseillers fondateurs. Voici une vidéo qui résume ses propos :

Triskalia – Agir pour l’identification d’origine de la viande sur les produits transformés

C’est un des principaux leviers pour revaloriser le porc français, confronté aux distorsions de concurrence sociales avec les 2 leaders européens, l’Allemagne et l’Espagne.

Pour Michel Bloc’h il faut continuer de faire pression pour l’obtenir. Auprès des politiques, en s’appuyant sur les associations de consommateurs et sur le récent vote favorable du parlement européen. Auprès des industriels français en prolongeant les opérations « viande de nulle part », de stickage des produits sans mention d’origine de la viande , initiées par les JA.

Voici quelques extraits vidéo de son intervention lors des AG porc Triskalia.

Label Rouge Opale, créateur de valeur de l’amont à l’aval

La différenciation Label Rouge permet à chacun des acteurs d’échapper à la guerre du prix le plus bas. C’est ce qui a été mis en avant lors de la soirée, organisée à l’occasion du salon de l’agriculture, qui réunissait l’ensemble des partenaires de la filière Opale Label Rouge : depuis les éleveurs, jusqu’au distributeur en passant par l’abatteur-découpeur et les entreprises de charcuterie. Voici les points de vue de Michel Morieux, PDG de l’entreprise TALLEC et de Michel Bloc’h :

Le Label Rouge Opale au salon de l’agriculture

Chaque jour, une demi-douzaine d’éleveurs « label rougiens » accueille les visiteurs sur le stand Opale. Rien à voir avec le SPACE. Ici, le public, c’est 100% ou presque citadin. Et comme le salon coïncide avec les vacances scolaires des parisiens, ce sont surtout des familles avec jeunes enfants.

Rien de tel que les animaux pour capter l’attention de ce public. Opale l’a bien compris en ouvrant son stand par une rangée de cases sur paille où se prélassent une truie Youna puis des porcelets de différents gabarits. Les éleveurs tous sourires apportent quelques informations sur la vie des porcs et répondent à la curiosité des visiteurs. Enfants et parents sont alors incités à participer à un quizz qui consiste à découvrir les vertus de la production et de la viande Label rouge. Les réponses disséminées au sein de grands posters pédagogiques donnent lieu à une véritable « chasse au trésor » ; Une façon très maline de passer des messages clés. Plus loin, les visiteurs pénètrent dans un vaste patio où sont exposées tous les succulents produits fabriqués à partir des porcs Label Rouge Opale. En particulier les saucisses sèches, pâtés, jambons fabriqués par les sept principales entreprises de charcuterie partenaires commerciales d’Opale. Voici une vidéo qui en 1 minute vous transportera dans l’ambiance de ce stand très réussi. Vous pouvez aussi consulter le site Opale (dans les liens partenaires) pour y trouver plus d’informations sur la dynamique Label Rouge Opale.

www.porc-labelrouge-opale.fr/

Portes ouvertes à l’Earl de Kerforn

Vendredi 19 décembre, Olivier Guédès ouvrait ses portes à l’occasion de l’inauguration de son nouveau bâtiment de maternité et de post-sevrage. Un projet mûrement réfléchi pour concilier confort de travail, performances et économie d’énergie.

Olivier Podeur, techniciens bâtiment Triskalia, explique les deux procédés combinés de récupération de calories :

Vue de la maternité. Les plaques sont chauffées à l’eau chaude dont les calories proviennent d’une   pompe à chaleur branchée sur un laveur d’air.

Vue de la maternité. Les plaques sont chauffées à l’eau chaude dont les calories proviennent d’une
pompe à chaleur branchée sur un laveur d’air.

Vue d’un post-sevrage. Les salles sont chauffées via un aérotherme à eau chaude. L’air neuf est   préchauffé en passant dans un échangeur air-air avant d’entrer dans les comble.

Vue d’un post-sevrage. Les salles sont chauffées via un aérotherme à eau chaude. L’air neuf est
préchauffé en passant dans un échangeur air-air avant d’entrer dans les comble.

Olivier Guédès près du Rondomat qu’il a installé pour mieux démarrer les porcelets les plus légers au sevrage.

Olivier Guédès près du Rondomat qu’il a installé pour mieux démarrer les porcelets les plus légers au sevrage.

 

 

Table ronde « Agriculteurs de Bretagne »

Michel Bloc’h, Jakez Bernard (Président de « Produit en Bretagne » et Jean Paul Le Métayer (directeur délégué « agriculteurs de Bretagne ») ont participé à une table ronde organisée par les salariés associés de Triskalia.

Ils expliquent la raison d’être de cette association et montrent le chemin à parcourir pour parvenir au but, c’est-à-dire rapprocher les bretons de leurs agriculteurs .

Voici en vidéo, quelques extraits choisis de cette belle table ronde.

Triskalia – Une agricultrice trentenaire explique son métier devant un public de 400 citadins.

Céline Imart est intervenue dans un colloque grand public pour expliquer l’évolution du métier d’agriculteur. Cette jeune femme issue du monde agricole s’est installée après avoir travaillé quelques années dans le monde de la finance. Elle raconte son quotidien et bat en brèche de nombreuses idées reçues sur l’agriculture et les agriculteurs.

Triskalia – Tous à la ferme : plus de 1000 visiteurs à Cléguer !

Le grand public a répondu en foule à l’invitation de Bruno et Mickaël Hélo à Cléguer dimanche 29

juin. Un grand succès ! D’autant plus que tous les visiteurs se sont déclarés très satisfaits ou satisfaits

sur les fiches d’évaluation. Près de 50 bénévoles se sont mobilisés avec sourires et entrain pour

réussir cette journée. Les éleveurs du coin et les techniciens ont répondu à l’appel pour guider les

visiteurs et leur apporter toutes les informations nécessaires pour comprendre l’élevage.

A la fin du circuit, Bruno et Mickaël avaient concocté une exposition sur l’évolution du matériel

agricole des années 60 à nos jours. Plus loin, les petits cochons décorés par les élèves des écoles

primaires étaient présentés. Ils avaient aussi invité des producteurs locaux à venir exposer leurs

produits au sein d’un mini village. Il y a avait même une troupe de théâtre pour assurer la bonne

ambiance à la buvette. Une réussite ! Bravo à Bruno et Mickaël et un grand merci à tous les

bénévoles. Voici une vidéo pour vous imprégner de l’ambiance :

De 11.5 à 12.5 sevrés… sans travailler davantage !

Témoin lors du Forum, Pierre-Yves Lariven nous a raconté comment il est parvenu à cette

progression sur un peu plus d’un an.

Première étape, l’utilisation de semence NN qui s’est traduite par une nette diminution des pertes en

maternité grâce à une plus grande vigueur des porcelets. Deuxième étape, la révision du programme

alimentaire en lactation. L’emploi d’un aliment plus concentré (Nourrice 13) associé, pour les truies

un peu justes, à un concentré de lactation (Toplac) , a conduit à un bond en prolificité et en qualité

de porcelets dès le tour suivant. Sans rien changer dans la façon de suivre les porcelets, l’élevage

gagne 1 porcelet sevré par portée, soit 650 porcelets de mieux à l’année !

Voici en images l’essentiel du témoignage de Pierre-Yves :

 

Prévenir le syndrome 2ème portée

En mettant en relation la taille de la 2ème  portée et les évènements survenus en 1ère
portée au sein d’un élevage en peuplement, nous avons mis en évidence quelques facteurs clés pour maitriser ce

syndrome très fréquent. Parmi ceux-ci le poids au premier sevrage : les primipares qui pèsent plus

de 170 kg ont de meilleures performances en rang 2 que les autres. Durant la première lactation,

ce qui joue c’est la perte de muscle et pas la perte de gras. Voici les conclusions de cette étude

présentées par Olivier Le Jeune lors du Forum Triskalia du 6 juin.

 

Concilier prolificité et qualité des porcelets

A partir des données collectées sur les 796 cochettes suivies de l’entrée en quarantaine jusqu’à

la mise-bas par Anthony Jupin, Thierry Solignac a identifié les paramètres qui caractérisent les

cochettes qui donnent naissance à des porcelets à la fois nombreux et lourds. Une partie du résultat

se joue très tôt, en quarantaine et durant la phase verraterie. Certains critères, en particulier

concernant le comportement de la truie en péri mise-bas, se jouent en fin de gestation. Cette

très belle étude nous donne les clés pour concilier quantité et qualité. Voici la conclusion de

l’intervention de Thierry.

Maximiser la taille de la première portée

Lors du Forum Triskalia du 6 juin, Anthony Jupin a présenté les résultats d’un suivi de 796 cochettes

de l’entrée en quarantaine jusqu’à la mise-bas. Pendant 9 mois, il a pesé les cochettes à 4 stades,

mesuré les épaisseurs de lard et de muscle à 8 reprises, pesé les porcelets à la naissance…Ce travail

colossal de mesures puis d’analyses de données a permis de mettre en évidence des facteurs clés

de la fertilité et prolificité des cochettes. Les techniciens Triskalia sont à votre disposition pour les

travailler dans votre élevage. Voici la conclusion de l’intervention d’Anthony.

Extrait du forum n°5 : extrait du témoignage de René Malgorn

Le vendredi 6 juin, René Malgorn, salarié à la SA CPR vous expliquera comment il obtient de

très bons résultats en cochettes dans cette maternité de 600 truies.

Extrait

Rendez-vous le 6 pour en savoir plus.

Extrait du Forum n°4 : extrait du témoignage de la ferme de keraziou

Le vendredi 6 juin, les associés de la ferme de Keraziou vous expliqueront comment ils ont

réussi leur peuplement. Voici déjà un extrait qui présente les niches « intelligentes »

Rendez-vous le 6 pour en savoir plus.

Extrait du Forum n°3 : extrait du témoignage de Jean Hervé Bescond

Le vendredi 6 juin Jean Hervé Bescond vous dira pour quoi il a investi dans une quarantaine

longue. Il vous expliquera aussi comment il adapte ses cochettes au DAC.

Extrait

Rendez-vous le 6 pour en savoir plus.

 

Extrait du Forum n°2 : témoignage de Pierre-Yves Lariven

Le vendredi 6 juin Pierre-Yves Lariven vous racontera comment il a réussi a booster ses

performances de sevrés, sans travailler plus !

Rendez-vous le 6 pour connaître toutes les réponses.

Triskalia – Un bâtiment économe en énergie

Marie Christine et Marc Touchais, installés près de Chateaubourg ,viennent

d’inaugurer leur nouveau bâtiment de 2240 places de post-sevrage en ouvrant

leurs portes le vendredi 17 avril. Parmi leurs choix techniques, ils ont opté pour un

système d’échangeur air-air Acémo. Voici la vidéo qui présente le fonctionnement de

l’échangeur, expliqué par Marc Touchais. Vous y verrez aussi la conception des PS.

Extrait du Forum n°1 : témoignage du Gaec de Keroumel

Le vendredi 6 juin Hubert Lamour vous expliquera comment il parvient à faire naître 16 nés

totaux avec une détection et une insémination par jour.

Voici un extrait tourné avec son salarié Yannick.

Rendez-vous le 6 pour en savoir plus !

Gestion de la douleur des porcs : formation d’une équipe de salariés

Philippe Gallou de Pleyben s’est porté volontaire pour inaugurer une formation sur la gestion

de la douleur proposée par le laboratoire Boerhinger et Triskalia.

Toute l’équipe a suivi cette formation théorique qui permet de mieux comprendre l’intérêt de

mesures pratiques pour limiter la douleur et améliorer le bien-être.

Extraits en vidéo.

 

Filières qualité de l’amont à l’aval

La production de porcs Label Rouge est un des exemples de filières qualité  dans ce reportage Terre et Mer de Bretagne. Philippe Gallou de Pleyben témoigne dans son engagement dans la production Triskalia Label rouge Opale.
L’entreprise de charcuterie Tallec de Rosporden valorise cette viande Label Rouge  achetée auprès de Socopa.
video_porc

 

 

Les 4 as à jouer pour la réussite de la Bretagne

Jean Ollivro termine son intervention par une réflexion constructive sur les voies du succès pour la Bretagne.

Il les image sous la forme des 4 as :

L’as de trèfle qui consiste à produire sur place tout ce que l’on peut (céréales, énergie..).

L’as de carreau qui représente la politique de filière ouverte sur le monde.

L’as de pic, qui symbolise le fait de ne pas se faire spolier par les grands entreprises monopolistiques.

Enfin, l’as de cœur, le plus important selon Jean Ollivro, c’est la capacité à s’associer pour construire ensemble.

Voici l’extrait final de son intervention :

Pour en savoir plus, consultez son livre « dessine moi la Bretagne » :

dessin

La marque Bretagne , un atout à mieux valoriser

Une étude mené par Jean Ollivro démontre que l’image de marque Bretagne est extrêmement bonne auprès des consommateurs.

La filière porcine bretonne aurait intérêt à s’unir pour créer un projet commun autour de cette marque.

Voici ses propos :

Un contexte international favorable à moyen terme

La croissance de la population mondiale et de la demande carnée des pays qui s’enrichissent est un des arguments bien connus qui plaide en faveur du développement nécessaire des productions agricoles. Ce qui est moins connu, c’est l’impact de cette croissance démographique sur l’artificialisation des terres et donc la baisse de surfaces cultivables. En outre, le réchauffement climatique va conduire à la submersion de certains deltas très productifs au plan agricole. Si l’on ajoute la crainte des scandales alimentaires, le géographe conclue que la Bretagne a des atouts naturels et humains pour tirer profit de cette demande mondiale quantitative et qualitative.

Voici sa démonstration en vidéo :

L’agriculture et l’agroalimentaire représentent le tiers de l’économie bretonne

C’est le message introductif de l’intervention de Jean Ollivro, professeur d’université à Rennes, lors des AG porc Triskalia.

Il s’appuie sur une enquête réalisée auprès de 1200 entreprises.

Les résultats démontrent le rôle de pilier majeur de l’économie et de l’emploi des  activités induites par l’agriculture en Bretagne. Nous devons en être fiers.

Voici l’extrait de l’intervention de Jean Ollivro :

Triskalia – Dynamisme et efficience

Patrick Piton, Directeur du Groupement porc Triskalia, présente lors des AG les facteurs qui expliquent le dynamisme de nos activités dont les parts de marché progressent en Bretagne depuis 15 ans.

Dynamisme qui n’exclue pas la recherche permanente d’économie et de productivité. A l’image de ce que font les éleveurs dans leurs propres entreprises.

Voici les extraits vidéo de son intervention :

Etiquetage d’origine, l’enjeu collectif majeur

Lors des AG, Michel Bloc’h déclare qu’il s’agit d’un enjeu majeur tant pour la production que pour l’abattage découpe. Seule l’identification de l’origine des produits peut conduire les industriels de la transformation à ne pas uniquement arbitrer leurs achats de viande sur les moins disants européens.

Les consommateurs en demande d’information sur l’origine sont nos alliés.

Aux politiques d’imposer la traçabilité comme ils l’ont fait jadis pour le bœuf.

Voici l’extrait de son intervention :

La traçabilité de la viande de porc en question : très bon reportage d’ Envoyé Spécial

En recherchant l’origine d’un filet mignon vendu dans une boucherie parisienne une journaliste d’ « Envoyé spécial » a parcouru 4000 kilomètres et enquêté dans 3 pays.

Le filet venait de Rungis qui l’avait importé d’un abattoir roumain. Dans cet abattoir les porcs provenaient de Belgique où ils avaient été engraissés après être nés…aux Pays bas !

Même surprise dans une entreprise de charcuterie spécialisée dans les saucissons « du terroir » : la viande provenait en fait d’Allemagne via un trader hollandais qui achète dans tous les abattoirs d’Europe.

Ce reportage met les pieds dans le plat de l’opacité des circuits de la viande et démontre l’absence d’information du consommateur sur l’origine des produits.

La journaliste conclue en informant les spectateurs que seuls les produits estampillés VPF (maintenant « le porc français ») apport une information claire sur l’origine.

Donc un reportage édifiant qui appuie nos arguments demandant l’étiquetage de l’origine de produits.

http://www.france2.fr/emissions/envoye-special/videos/96766573

Ecart de compétitivité de la filière aval entre la France et l’Allemagne

Très clair et très pédagogique !

Dans une vidéo de 4 minutes,  un économiste de la société Xerfi, Alexandre Mirlicourtois, explique l’écart de compétitivité entre les abattoirs français et allemands.

Présentez là à vos amis pour expliquer la distorsion de concurrence que subit la Bretagne.

Et dire qu’il faut attendre au mieux le 1er janvier 2015 pour que le SMIC allemand se mette en place….

mirlicourtois

Yvon Gicquel témoigne sur l’acceptabilité sociétale des projets porcins

7 années pour voir aboutir son projet de passer de 100 à 200 truies ! Yvon Gicquel a des choses à dire sur le parcours du combattant afin de faire accepter un projet d’agrandissement.

C’est ce qu’il a fait lors de la journée « sécurité économique » organisée par la Chambre Régionale d’Agriculture le 22 décembre à Pontivy. Il explique comment après un premier échec auquel il ne s’attendait pas du tout, il a élaboré une stratégie pour faire connaître et expliquer son projet à ses voisins. Et cette fois, ça a marché ! Il en tire quelques recommandations qu’il nous livre afin de mieux présenter nos futurs projets.

Voici en vidéo l’essentiel de sa très belle prestation.

Les bonnets rouges réussissent leur pari à Carhaix

N’en déplaise à Mélenchon et à certains leaders syndicaux, la coordination des bonnets rouges a réussi à réunir une foule de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Tous les corps de métiers ont répondu à l’appel : les ouvriers de l’agro-alimentaires, les transporteurs, les commerçants, les artisans, les agriculteurs et les retraités. Et de toutes  tendances politiques .

Une belle union pour une économie forte, génératrice d’emplois en Bretagne. Face aux difficultés, les bretons lèvent la tête et se rassemblent pour dire qu’ils veulent vivre, décider et travailler au pays. Et pour dire non aux mesures qui  handicaperaient l’économie bretonne, en particulier l’écotaxe.

Voici en images et en musique, quelques instants forts de ce rassemblement.

Bruno Hélo témoigne à la journée IFIP sur la compétitivité de l’élevage porcin

La comparaison avec l’Allemagne, le Danemark et les Pays Bas montre que les éleveurs français sont compétitifs en prix de revient. Principal bémol, le manque de modernisation des élevages français qui se traduit par un décrochage des performances techniques. Voilà un des enseignements de cette journée organisée par l’IFIP. Chez nos concurrents tout n’est pas rose : aux Pays Bas un coût sociétal de 19 cents / kg de carcasse ( notamment pour le transport du lisier et le lavage de l’air), en Allemagne ou l’opposition à l’élevage grandit, au Danemark où les éleveurs ont été confrontés à la crise du crédit hypothécaire et où les abattoirs sont en manque de porcs.

Bruno Hélo, en Gaec avec son frère à Cléguer est intervenu comme témoin sur la thématique des modèles de production, puis lors de la table ronde consacré aux conditions de la relance de la production porcine. Voici en image un extrait de sa très belle prestation :

 

Désinfecter efficacement et en toute sécurité

Un bon nettoyage élimine 90% des contaminants. La désinfection suivie du séchage s’occupe des 10% restants…qui peuvent faire toute la différence !

La première étape consiste à bien ajuster la concentration du produit, et calculer la quantité totale en fonction de la surface à traiter. Ensuite il faut bien se protéger, les désinfectants étant des produits toxiques par essence. Puis appliquer la mousse sur toutes les parois. Enfin terminer la décontamination par un chauffage séchage avant l’entrée des animaux.

Voici ce que cela donne en image, grâce au concours de Clément de la SCEA Plouzennec.

Jean -Yves Corbel témoigne dans l’émission « Terre et mer de Bretagne » sur Tébéo

A l’occasion d’une émission consacrée au bien-être animal dans les différentes filières d’élevage, Jean-Yves Corbel éleveur installé à Plomeur, près de la Torche, a témoigné sur son ressenti d’éleveur de porcs suite à la mise en groupe des truies. Il est accompagné de julien Bideau, technicien bâtiment.

Les différents intervenants ont bien expliqué la motivation des éleveurs pour le bien–être de leurs animaux mais aussi l’augmentation de charges que représentent ces mises aux normes.

Voici le lien pour visionner cette émission :

JY_Corbel

Erik Orsenna admiratif de l’élevage porcin breton chez Michel Drucker

Avec sa verve et son sens de la formule, l’académicien Erik Orsenna a tressé des lauriers aux éleveurs de porcs bretons au cours de l’émission grand public « Vivement Dimanche ! ».

Un grand moment de communication positive !

Il était accompagné de madame Danièle Even, productrice de porcs et vice Présidente de la Chambre d’agriculture de Bretagne.

Voici le lien qui permet de voir ces quelques minutes de « vivement Dimanche » :

drucker-orsena

Autre plaidoyer en faveur de l’agriculture d’une façon générale, l’émission de radio « Du grain à moudre » consacrée au sujet « L’agriculture, une industrie comme les autres ? ».

Beaucoup d’informations positives apportées par 3 intervenants, un économiste, un sociologue et un jeune agriculteur.

Voici le lien pour l’écouter :

emission_radio_france

Le Sud Ouest mise sur la qualité

IGP(Indication géographique protégée) Jambon de Bayonne, Label Rouge « porc aux grains  du Sud Ouest », CCP  « truie charcutière » et depuis cette année IGP viande fraiche « Porc du Sud Ouest ». La filière régionale est résolument engagée dans une politique qualité depuis plusieurs années. A la clé un bon millier d’emploi dans la salaison et quelques plus-values pour l’éleveur : 2 centimes/kg en jambon de Bayonne, 50 à 60 centimes/kg en Porc Label Rouge (élevé en semi plein-air à partir de 16  semaines). Politique qualité qui s’accompagne d’une communication grand public avec Pub TV et un musée dédié au porc.

Voici en vidéo l’essentiel de la présentation de Serge Dutoya de l’interprofession. Nous le remercions pour son accueil chaleureux.

L’or vert du Sud Ouest ne suffit pas

120- 125  quintaux. Des rendements à faire pâlir d’envie les bretons. Le climat chaud et humide du Béarn convient parfaitement au maïs. Conséquence logique, la fabrication à la ferme accompagne la plupart des élevages. Malgré cet atout formidable, la production porcine est en recul. Attractivité supérieure des productions végétales, manque de candidats en porc, obstacles environnementaux ou sociétaux…

Voici quelques impressions du voyage du Conseil porc et une présentation de Serge Dutoya de l’interprofession porcine d’Aquitaine.

Quelques astuces pour mieux nettoyer

Un nettoyage bien mené élimine plus de 90% des contaminants. Pour cela, il faut respecter quelques étapes comme nous allons le voir dans le témoignage vidéo de Clément, salarié à la SCEA Plouzennec.

Marcel Lemoine a testé le NOVAPLUS

Marcel Lemoine de Bréhand a fait partie des éleveurs pionniers qui ont testé le nouvel aliment 1er âge NOVAPLUS. Il a fait des mesures de consommation, de croissance et d’indice en post-sevrage. Il dispose maintenant de plusieurs mois de recul. Voici son témoignage.

Vaccination simultanée mycoplasme et circovirus

La seringue bi-corps mise au point par le laboratoire Mérial permet de vacciner en 1 geste à la fois contre le circovirus à l’aide de 0.5 ml de Circovac et contre le mycoplasme, par exemple avec  2 ml de  Stellamune. Pour une bonne efficacité, il faut vacciner juste derrière l’oreille et pas « à  la  volée » au hasard dans le cou. Cela suppose de vacciner à deux : un qui porte le porcelet et un qui vaccine. Le mieux est de regarder la vidéo qui suit, tournée à la SCEA Plouzennec :

Revivez l’opération de communication des éleveurs de porcs bretons pour inviter à changer de regard sur le métier

Revivez en image l’évènement artistique urbain des éleveurs (sous l’égide du CRP et de l’UGPVB), qui ont habillé de rose le parvis de la gare Montparnasse le 5 juin, afin de surprendre, d’interpeller et d’engager le dialogue avec les parisiens. Les éleveurs ont été agréablement surpris de l’accueil du public avec lequel le dialogue s’est instauré tout naturellement. Un public très réceptif à notre démarche donc !… mais des médias plutôt absents pour relayer l’opération… Vous pourrez également revivre en images la journée portes ouvertes « Tous à la ferme ! » du 16 juin (organisée par Agriculteurs de Bretagne) à laquelle 7 élevages de porcs bretons , dont 3 Triskalia , ont participé. Un grand merci à tous !

Forts du succès de cette journée régionale portes ouvertes, RDV est déjà pris pour renouveler l’opération en 2014.

Tagué

Tatouage des truies grâce à un appareil à air comprimé

Pour reconnaître facilement les truies, sans avoir besoin de lire les boucles d’oreille, certains éleveurs tatouent les truies sur la croupe. Le tatouage, c’est tendance !

Voici une démonstration avec un appareil disponible au centre vétérinaire de Loudéac.

Si vous voulez en savoir plus, contactez Béatrice Bachelot.

Etiquetage de l’origine, répercussion des coûts, LME : le PDG de Système U s’exprime

Invité à participer à la table ronde sur les relations industriels-distributeurs à l’occasion de l’assemblée générale Triskalia, Serge Papin, PDG de Système U explique son diagnostic et ses solutions. Concernant l’étiquetage d’origine, il y est très favorable parlant de patriotisme économique, mais il faut le rendre plus clair, compréhensible par tous. Au sujet de la répercussion du coût des matières premières dans les produits d’élevage, il préconise le système du pied de facture. Enfin, pour palier le déséquilibre actuel des forces entre industriels et distributeurs, il propose une révision en profondeur de la LME.

Le système actuel lamine les PME et les agriculteurs en amont au profit des distributeurs mais aussi des grandes marques internationales. Il demande un nouvel encadrement législatif et l’instauration de contrat tripartite agriculteurs-industriels- distributeurs. Extraits choisis de son intervention :

Tous à la ferme : 800 visiteurs ravis chez Hubert, André et Ronan Lamour

Familles, couples, retraités, la noria de visiteurs ne s’est pas arrêtée tout au long de l’après midi du dimanche 16 juin. Après la joyeuse séquence du déguisement, ils étaient pris en main par groupe d’une dizaine. Pour l’occasion de nombreux éleveurs et salariés du coin et bien sûr les techniciens se sont mobilisés pour accueillir et apporter toutes les informations lors des visites guidées. Le passage par la gestante en DAC était vraiment le point d’orgue. Tout le monde s’émerveillait devant ce beau bâtiment où les truies manifestent clairement leur bien-être. La visite de la station de traitement était également importante pour montrer les actions  de protection de l’environnement. Et pour prolonger le plaisir de cet après midi à la ferme, circuit de mini-tracteurs et atelier de dessin pour les enfants et buvette-saucisson-pâté pour les plus grands.

Une très belle réussite ! Un grand merci tout d’abord aux trois frères Lamour et puis aux éleveurs et salariés qui se sont dépensés sans compter.

Baisse de l’indice : témoignage de Cédric Lamort

Voici le « 4ème mousquetaires » des conférences sur la réduction de l’indice de consommation à l’occasion des AG territoriales. La valeur n’attend pas le nombre des années, puisque Cédric installé depuis 2 ans à Bovel a déjà gagné presque 0.1 d’indice et plus de 2 porcs par truie.

Voici en 2 vidéos, son témoignage et la présentation de son élevage.

%d blogueurs aiment cette page :